« Vous avez armé son bras terrible : il ne vous reste plus qu’à trembler » : Un monologue de Mackandal, par Isnardin Vieux

Capture d’écran 2015-02-12 à 13.52.30

Arrêt de condamnation de François Mackandal, Archives nationales d’outre-mer (http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/)

Inardin Vieux compose son Mackendal, drame historique en 1925. Àpeu près introuvable aujourd’hui, une réédition de 1974 est consultable en micro-fiches à la BNF (lien vers la notice du catalogue ici). http://catalogue.bnf.fr/servlet/biblio?idNoeud=1&ID=34792284&SN1=0&SN2=0&host=catalogue (NB: L’extrait reproduit ici se trouve aux pp. 134-135 de cette édition).

La fin de la pièce met en scène les retrouvailles entre les Lenormand, séparés lors de l’insurrection des esclaves de Saint-Domingue. Alors que Mme Lenormand et sa fille, Blanche Lenormand, ont été sauvées du massacre par un de leurs esclaves, Morin, ce dernier demande à M. Lenormand et aux colons chargés de l’exécution de Mackandal (qu’Isnardin Vieux choisit d’appeler Mackendal), condamné au bucher, de l’épargner. Cette grâce lui est refusée, mais Mackandal a le temps de poignarder mortellement son ancien maître avant d’être emmené au supplice par des gardes. Le monologue du personnage principal de la pièce d’Isnardin Vieux se situe un peu en amont. Alors que les colons se réjouissent de « faire justice au criminel », désigné par Montauban comme « l’empoisonneur qui pendant six années a jeté l’épouvante dans toute la colonie et vient d’être arrêté, Mackandal prend la parole pour s’adresser à ces anciens maîtres  :

Mackendal (fièrement)

Vous tous blancs, regardez-moi bien en face et dites moi si c’est moi qui suis le criminel o bien vous. Que suis-je ? rien. Qu’êtes-vous ? tout. Vous représentez la civilisation et moi la barbarie. Vous êtes la lumière et moi les ténèbres. Vous êtes la raison et moi l’ignorance. Vous appartenez, dites-vous, à la race supérieure et moi à la race inférieure. Le soleil brille pour vous. La terre tourne pour vous. Vous êtes Dieu sur la terre. Vous avez les lois régissant le monde.

Nous, nègres, nous n’avons rien et nos plus innocentes coutumes sont une tâche à la civilisation. Cependant, c’est vous qui avez jeté toute une race dans la honte et la dégradation. Vous avez rendu à l’état de brute une notable portion de l’humanité. Vous broyez son cœur sous vos talons. Vous déformez son être, son esprit, son âme. Vous le rendez aussi laid au moral que vous êtes ignobles, aussi méchant que vous êtes cruel, aussi inhumain que vous êtes barbares.

Vous lui avez appris à faire à son semblable tout le mal possible. C’est vous qui lui avez appris à composer le poison. Vous avez armé son bras terrible : il ne vous reste plus qu’à trembler.

Tremblez donc ! o bourreau, car Mackendal est encore debout ! tremblez ! car il a semé dans le cœur, dans l’âme des enfants de l’Afrique, la vengeance et la mort. Le désir de la liberté brûle d’un feu ardent et inextinguible son cœur qui saigne (sic).

Nous ne sommes pas faits pour l’esclavage. Donnez-nous l’air, l’espace, la liberté. Vive la liberté ! blancs de Saint-Domingue, liberté ou la mort ou l’extermination ! La terre de Saint-Domingue, s’embrase, son ciel est ébranlé d’orage et de tonnerre. Vive la liberté !

Transporté des côtés d’Afriques à Saint-Domingue, employé à vos durs travaux de culture, vous auriez pu faire de lui un homme. Il eût été entre vos mains un instrument intelligent au lieu d’y être une machine inconsciente. Vous auriez dû, avec la houe, lui mettre en main le livre ; car il est bon de savoir lire ; lui montrer le chemin de l’église ; car il est doux de savoir prier. Ah ! vous ne l’avez pas fait. Vous lui avez appris toutes les duretés de la vie, il a bu toutes les hontes, s’est vautré dans toutes les infamies : car le maitre est infâme, le maitre est cruel.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.