Voix d’esclaves, de Mackandal à Zamore

rdnms01bà propos de :

Rachel Danon, Les Voix du marronnage dans la littérature française du XVIIIe siècle, Paris : Classiques Garnier, coll. « L’Europe des Lumières », 2015, 424 p., EAN 9782812437113.

L’ouvrage de Rachel Danon, Les voix du marronnage dans la littérature française du XVIIIe siècle, tiré de son travail de thèse, s’ouvre sur le constat de l’échec d’un projet initial, qui visait à étudier les voix d’esclaves à partir de récits d’expériences personnelles, équivalents des slaves narratives du monde anglo-saxon. Se heurtant toutefois à une apparente inexistence de ces témoignages en français[1], l’auteure a choisi d’avoir recours, par défaut, à des textes écrits non plus par des esclaves, mais par des Européens. Dès lors le projet se déplace, et tente de faire affleurer les voix des marrons[2] sous le discours, « d’exhumer ces paroles étouffées ou d’analyser leurs reconstitutions dans les textes qui les ont recueillies ou/et les ont mises en scène » (p. 13). Dans son ouvrage, Rachel Danon expose ainsi les résultats d’une enquête minutieuse au sein d’un corpus d’une dizaine de textes écrits par des auteurs français entre 1735 et 1790. En présentant son ouvrage comme un hommage aux résistances des esclaves, l’auteure cherche à retracer les contours d’un « imaginaire littéraire du marronnage » (p.348). Une démarche à la fois originale et audacieuse, puisqu’il s’agit d’examiner des textes du XVIIIe siècle tout en situant la réflexion dans les débats historiographiques sur l’esclavage des XXe et XXIe siècles. L’auteure choisit en effet d’inscrire son étude dans une approche postcoloniale [3], considérant les textes de son corpus comme

annonciateurs des tensions multiples qui feront osciller trois siècles de littérature ultérieure entre les charmes suspects de l’imaginaire ‘orientaliste’, bien décrit par Edward Saïd, et des gestes narratifs à velléité émancipatrice réalisés par plusieurs générations d’auteurs de sensibilité tiers-mondiste (p. 33).

Ainsi, l’auteure parvient à montrer comment, dès le XVIIIe siècle, peut émerger la figure du marron « créateur de nouveaux modes de combat et de résistance », (p. 21), une figure qui connaîtra à partir du XXe siècle un essor extraordinaire dans la littérature, devenant le symbole de la résistance noire à l’esclavage[4]. À travers une lecture fine des œuvres et loin de tout monolithisme, Rachel Danon propose une analyse qui relève au contraire toutes les ambiguïtés de la représentation du marronnage, tout en cherchant à mettre en valeur la manière dont sont déjà mises en scène « les formes de résistances actives auxquelles ont participé ces sujets historiques qui ne sont souvent représentés par l’historiographie que comme des victimes passives » (p. 13).

Compte-rendu intégral en ligne sur FABULA : http://www.fabula.org/revue/document9786.php

[1] Voir à ce propos : Roger Little, « Une première personne si singulière qu’elle n’existe pas : hypothèses sur l’absence en français de récits autobiographiques de Noirs esclaves ou marrons », Littérature et esclavage, XVIIIe-XIXe siècles : actes du colloque « Littérature et esclavage, XVIIIe-XIXe siècles » tenu à l’Institut des sciences de l’Homme de Lyon, du 18 au 20 juin 2009, sous la direction de Sarga Moussa. Rachel Danon évoque, en les mettant de côté, les témoignages d’esclaves dans le cadre juridique. On pourra découvrir quelques-uns des ces témoignages dans la parution récente de Gilda Gonfier, Frédéric Regent et Bruno Maillard, Libres et sans fers : paroles d’esclaves, Paris, Fayard, 2015.

[2] Le terme de « marron », qui proviendrait de l’espagnol « cimarrón » est employé pour désigner un esclave rebelle. Le « marronnage » désigne par conséquent l’action du marron.

[3] Une posture pertinente, à comprendre le postcolonial comme « la présence de brouillages qui rendent plus complexe l’identification des postures adoptées par les énonciateurs » (p. 35).

[4] De nombreuses études ont été consacrées aux personnages de marrons dans les littératures antillaise et caribéenne des XXe et XXIe siècle, notamment par Marie Christine Rochman, L’esclave fugitif dans la litterature antillaise, Karthala, Paris, 2000; Richard D.E. Burton, Le Roman marron : étude sur la littérature martiniquaise contemporaine, Paris, l’Harmattan, 1997 ou Maryse Condé, Le Roman Antillais, Paris, Nathan, 1997, cités par Rachel Danon. La question a également été abordée du point de vue comparatiste et/ou des littératures étrangères par Régis Antoine, La littérature franco-antillaise. Haïti, Guadeloupe et Martinique, Karthala, 1992 ; Jean Pierre Tardieu, Del Diablo Mandinga Al Muntu Mesiánico: El Negro en la Literatura Hispanoamericana Del Siglo XX, Madrid, Editorial Pliegos, 2001 ou encore par Nelly Rajaonarivelo «Représentations du marronnage dans deux récits fictifs d’esclaves fugitifs antillais (Cuba, Martinique) : l’homme, le chien et la nature », Cahiers d’études romanes 22, 2010, en ligne : http://etudesromanes.revues.org/515.

 

 

A l’écoute : Histoire, culture et mémoire de l’esclavage

14668071699_33f28c9784_o

Un ensemble de ressources radiophoniques sur l’histoire et la culture antillaise. Les émissions, partagées depuis les sites de France Inter et France Culture, peuvent être écoutées sur cette page mais également être podcastées à partir du site des émissions.

HISTOIRE ET CULTURE
« La séance est ouverte » : Une tentative d’abolition de l’esclavage en 1844

La Marche de l’histoire, émission 16.06.2015
Lien vers la page de l’émission : http://www.franceinter.fr/emission-la-marche-de-lhistoire-la-seance-est-ouverte-une-tentative-d-abolition-de-l-esclavage-en-18

***

Esclavage 1/4 : « Mémoire promise »

La fabrique de l’histoire, émission du 18.05.2015
Gaetano Ciarcia, professeur d’ethnologie à l’Université Paul-Valéry-Montpellier à propos de son film-documentaire avec Jean-Christophe Monferran, « Mémoire promise » (ministère de la Culture, laboratoire IIAC, CNRS images) sur le croisement des mémoires de la traite et des cultes voduns au Bénin.
Lien vers la page de l’émission : https://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-esclavage-14-2015-05-18

***

Lire la suite