Un siècle de manifestes : projets littéraires et enjeux politiques en Caraïbe francophone

titre article

Notes de lecture de l’ouvrage Manifestes et programmes littéraires aux Caraïbes francophones. En/jeux idéologiques et poétiques, de Michał Obszyński, Amsterdam : Brill / Rodopi, 2016.

Dans son ouvrage Manifestes et programmes littéraires aux Caraïbes francophones. En/jeux idéologiques et poétiques, Michał Obszyński propose une vision panoramique des problématiques littéraires de la Caraïbe francophone à partir de l’angle original de l’étude des textes manifestaires et programmatiques produits par ses écrivains, renouvelant ainsi la perspective proposée par les études d’ensemble des littératures caribéennes francophones.

L’importance du corpus choisi, composé de plus de cinquante textes, qui vont de la première parution de la revue haïtienne La Ronde, en 1898, à celle de l’article « Pour une littérature-monde en français », paru en 2007 dans Le Monde, permet à l’auteur d’offrir une vision à la fois complète et précise de l’utilisation du genre du manifeste dans l’espace caribéen francophone, balayant un grand nombre de textes théoriques tout en accordant des analyses ponctuelles plus détaillées aux plus emblématiques d’entre eux. L’auteur circonscrit son objet dans le premier chapitre de son ouvrage. En s’appuyant sur les études de José-Luis Diaz et Rod S. Heimpel2, il définit ainsi les objectifs du manifeste littéraire : « inaugurer, légitimer, défendre un projet esthétique » à travers un « message clairement articulé et structuré afin de favoriser sa réception sans risque d’ambiguïté » (p. 16). L’auteur adopte cependant une définition souple et choisit d’intégrer également à son corpus d’analyse les « quasi-manifestes »3 qui, sans présenter la rigueur formelle propre aux manifestes « canoniques », produisent un « effet-manifeste ». Ces textes peuvent prendre la forme de prologues, introductions, préfaces, éditoriaux, liminaires de revues (p. 17), mais également de textes littéraires voire d’œuvres d’art. Cette ouverture à un corpus plus large apparaît particulièrement pertinente pour les espaces franco-antillais et haïtiens que l’ouvrage se propose d’explorer, dans lesquels les textes manifestaires apparaissent souvent sous des formes non traditionnelles, et où, parallèlement, on trouve de nombreuses œuvres « de manifestation » (p. 41-42).

M. Obszyński privilégie une double approche esthétique et sociodiscursive. S’appuyant d’une part sur les théories des champs littéraires de Bourdieu4, M. Obszyński conçoit le manifeste « non seulement comme quête du capital symbolique par un texte publié, mais surtout comme prise de position active, c’est-à-dire comme remise en cause (ou rejet) d’un système établi de valeurs artistiques et revendication de nouveaux choix artistiques. » (p. 32). À la suite des analyses des enjeux institutionnels proposées par Pascale Casanova5, il le définit d’autre part à partir de sa situation au croisement du national et de l’international, comme « l’effet de l’invention et de stratégies complexes de positionnement visant à faire accéder une littérature nationale […] à la visibilité et à la reconnaissance mondiale. » (p. 38). Dans le cas des littératures émanant des anciens territoires colonisés, le manifeste acquiert ainsi une dimension politique dont l’analyse permet de révéler les lignes de tension complexes et mobiles de la relation centre/périphérie.

L’auteur propose dès lors de caractériser le manifeste franco-caribéen comme un texte postcolonial engagé se faisant l’écho d’une parole commune, et véhiculant un questionnement d’ordre éthique qui laisse transparaître l’évolution des idéologies. Le premier volet de l’ouvrage s’intéresse à l’émergence des manifestes et aux premières revendications esthétiques et littéraires dans le contexte postcolonial haïtien et en Martinique, jusqu’au milieu du xxe siècle. La deuxième partie concerne la période de l’après-guerre mondiale et considère l’évolution des manifestes caribéens dans le contexte des événements liés à la décolonisation et à la départementalisation (1946).

[…] Lire la suite sur le site de Fabula : http://www.fabula.org/acta/document10454.php


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.