« Vous avez armé son bras terrible : il ne vous reste plus qu’à trembler » : Un monologue de Mackandal, par Isnardin Vieux

Capture d’écran 2015-02-12 à 13.52.30

Arrêt de condamnation de François Mackandal, Archives nationales d’outre-mer (http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/)

Inardin Vieux compose son Mackendal, drame historique en 1925. Àpeu près introuvable aujourd’hui, une réédition de 1974 est consultable en micro-fiches à la BNF (lien vers la notice du catalogue ici). http://catalogue.bnf.fr/servlet/biblio?idNoeud=1&ID=34792284&SN1=0&SN2=0&host=catalogue (NB: L’extrait reproduit ici se trouve aux pp. 134-135 de cette édition).

La fin de la pièce met en scène les retrouvailles entre les Lenormand, séparés lors de l’insurrection des esclaves de Saint-Domingue. Alors que Mme Lenormand et sa fille, Blanche Lenormand, ont été sauvées du massacre par un de leurs esclaves, Morin, ce dernier demande à M. Lenormand et aux colons chargés de l’exécution de Mackandal (qu’Isnardin Vieux choisit d’appeler Mackendal), condamné au bucher, de l’épargner. Cette grâce lui est refusée, mais Mackandal a le temps de poignarder mortellement son ancien maître avant d’être emmené au supplice par des gardes. Le monologue du personnage principal de la pièce d’Isnardin Vieux se situe un peu en amont. Alors que les colons se réjouissent de « faire justice au criminel », désigné par Montauban comme « l’empoisonneur qui pendant six années a jeté l’épouvante dans toute la colonie et vient d’être arrêté, Mackandal prend la parole pour s’adresser à ces anciens maîtres  :

Mackendal (fièrement)

Vous tous blancs, regardez-moi bien en face et dites moi si c’est moi qui suis le criminel o bien vous. Que suis-je ? rien. Qu’êtes-vous ? tout. Vous représentez la civilisation et moi la barbarie. Vous êtes la lumière et moi les ténèbres. Vous êtes la raison et moi l’ignorance. Vous appartenez, dites-vous, à la race supérieure et moi à la race inférieure. Le soleil brille pour vous. La terre tourne pour vous. Vous êtes Dieu sur la terre. Vous avez les lois régissant le monde.

Nous, nègres, nous n’avons rien et nos plus innocentes coutumes sont une tâche à la civilisation. Cependant, c’est vous qui avez jeté toute une race dans la honte et la dégradation. Vous avez rendu à l’état de brute une notable portion de l’humanité. Vous broyez son cœur sous vos talons. Vous déformez son être, son esprit, son âme. Vous le rendez aussi laid au moral que vous êtes ignobles, aussi méchant que vous êtes cruel, aussi inhumain que vous êtes barbares.

Vous lui avez appris à faire à son semblable tout le mal possible. C’est vous qui lui avez appris à composer le poison. Vous avez armé son bras terrible : il ne vous reste plus qu’à trembler.

Tremblez donc ! o bourreau, car Mackendal est encore debout ! tremblez ! car il a semé dans le cœur, dans l’âme des enfants de l’Afrique, la vengeance et la mort. Le désir de la liberté brûle d’un feu ardent et inextinguible son cœur qui saigne (sic).

Nous ne sommes pas faits pour l’esclavage. Donnez-nous l’air, l’espace, la liberté. Vive la liberté ! blancs de Saint-Domingue, liberté ou la mort ou l’extermination ! La terre de Saint-Domingue, s’embrase, son ciel est ébranlé d’orage et de tonnerre. Vive la liberté !

Transporté des côtés d’Afriques à Saint-Domingue, employé à vos durs travaux de culture, vous auriez pu faire de lui un homme. Il eût été entre vos mains un instrument intelligent au lieu d’y être une machine inconsciente. Vous auriez dû, avec la houe, lui mettre en main le livre ; car il est bon de savoir lire ; lui montrer le chemin de l’église ; car il est doux de savoir prier. Ah ! vous ne l’avez pas fait. Vous lui avez appris toutes les duretés de la vie, il a bu toutes les hontes, s’est vautré dans toutes les infamies : car le maitre est infâme, le maitre est cruel.

 

The Trans Atlantique Slave Trade Database : une base de donnée pour mieux comprendre les déplacements transatlantiques de la traite esclavagiste

Sous forme de tableaux, de graphiques et de cartes, le projet recense l’ensemble des voyages effectués par les bateaux négriers durant toute la période de la traite esclavagiste.

Capture d’écran 2015-11-21 à 19.30.31

Description du projet (en anglais, source : http://www.slavevoyages.org/about/ )

« The Trans-Atlantic Slave Trade Database is the culmination of several decades of independent and collaborative research by scholars drawing upon data in libraries and archives around the Atlantic world. The Voyages website itself is the product of two years of development by a multi-disciplinary team of historians, librarians, curriculum specialists, cartographers, computer programmers, and web designers, in consultation with scholars of the slave trade from universities in Europe, Africa, South America, and North America. The National Endowment for the Humanities was the principal sponsor of this Emory University Digital Library Research initiative. The W.E.B. Du Bois Institute of Harvard University and the Wilberforce Institute for the Study of Slavery and Emancipation of the University of Hull have also supported its development ». 

Le site propose ainsi diverses ressources, dont : 

La catégorie SearchCapture d’écran 2015-11-21 à 19.25.12 the Voyages Database permet de faire des recherches en sélectionnant un certain nombre de paramètres (dates d’arrivées/de départ, nombre d’esclaves à bord, nom du capitaine et de son équipe, pourcentage d’hommes, femmes, enfants par navire…).

Une autre catégorie, Explore the African Names Database, renvoie au site Capture d’écran 2015-11-21 à 19.23.21http://www.slavevoyages.org/about/origins de l’African Origine Projet qui permet de retrouver une personne déplacée en entrant son nom, son origine et/ou son sexe. Le projet met ainsi au jour une « nouvelle base de donnée géographique, ethnique et linguistique des peuples capturés en Afrique » et déportés durant la traite, en individualisant les esclaves.

 

La plateforme propose enfin des ressources pédagogiques : des plans de cours avec bibliographies, problématiques et enjeux et une sitographie renvoyant à de nombreux autres pages sur la question de l’esclavage et de la traite.

Capture d’écran 2015-11-21 à 19.28.50

Voir aussi :

– Une vidéo de présentation du projet sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=1YwVvIHHCw0

– « La traite négrière transatlantique résumée en une infographie de deux minutes », article paru sur Slade.fr : http://www.slate.fr/story/103551/esclavage-infographie.

A l’écoute : Histoire, culture et mémoire de l’esclavage

14668071699_33f28c9784_o

Un ensemble de ressources radiophoniques sur l’histoire et la culture antillaise. Les émissions, partagées depuis les sites de France Inter et France Culture, peuvent être écoutées sur cette page mais également être podcastées à partir du site des émissions.

HISTOIRE ET CULTURE
« La séance est ouverte » : Une tentative d’abolition de l’esclavage en 1844

La Marche de l’histoire, émission 16.06.2015
Lien vers la page de l’émission : http://www.franceinter.fr/emission-la-marche-de-lhistoire-la-seance-est-ouverte-une-tentative-d-abolition-de-l-esclavage-en-18

***

Esclavage 1/4 : « Mémoire promise »

La fabrique de l’histoire, émission du 18.05.2015
Gaetano Ciarcia, professeur d’ethnologie à l’Université Paul-Valéry-Montpellier à propos de son film-documentaire avec Jean-Christophe Monferran, « Mémoire promise » (ministère de la Culture, laboratoire IIAC, CNRS images) sur le croisement des mémoires de la traite et des cultes voduns au Bénin.
Lien vers la page de l’émission : https://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-esclavage-14-2015-05-18

***

Lire la suite

A l’écoute : Fanon, Mbembe, Amselle

IDEES

Nous devenons tous nègres, avec Achille Mbembe.

La suite dans les idées, émission du 28.12.2013
Lien vers la page de l’émission : https://www.franceculture.fr/emission-la-suite-dans-les-idees-nous-devenons-tous-negres-avec-achille-mbembe-2013-12-28

***

Lire la suite

21 août, jour de résistance

Capture d’écran 2015-08-21 à 16.08.23Le 21 août 1791, une troupe d’esclaves de la colonie française de Saint-Domingue se souleva, à la suite de plusieurs réunions dont la mythique assemblée du Bois-Caïman.

Le 21 août 1831, dans l’état de Virginie une insurrection eut également lieu, et des esclaves prirent d’assaut plusieurs plantations.

Ces deux rebellions, dirigées respectivement par Bouckman et Nat Turner, à 40 ans d’écart, furent violemment réprimées et leurs instigateurs exécutés. Elles furent toutefois les signes d’une résistance active de la part des esclaves, qui conduisit à l’indépendance de Saint-Domingue.

en 1804. Une indépendance qui donna lieu à une série de mesures pour indemniser les colons pour la perte de leurs biens.

 

 

Que commémorer le 10 mai ?

Le 10 mai, proclamé « Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition » a été choisi comme date symbolique pour commémorer les évènements qui ont conduit à l’abolition définitive de l’esclavage sur les territoires français, en mai 1848.

Or il est une dimension plus importante encore dont il faut se souvenir, celle de la résistance contre l’esclavage opérée par les esclaves eux-mêmes. Une action parfois passée sous silence par les archives de l’époque, dont on se propose ici de mentionner un exemple particulier, celui de la « Proclamation accompagnant l’arrêté d’abolition de l’esclavage du 27 mai 1848 » en Guadeloupe, conservés aux Archives Nationales d’Outre-Mer.

proclamation du gouverneur

Cliquer pour agrandir

Il faut rappeler que l’esclavage avait déjà été aboli une première fois en Guadeloupe par la Convention en 1794, élargissant l’abolition promulguée par Sonthonax en un an plus tôt en Haïti à toutes les colonies françaises. La loi du 20 mai 1802, instaurée par Napoléon, revint pourtant sur ce décret en permettant une restauration de la pratique esclavagiste dans certaines colonies.

Voici la transcription du texte de cette proclamation :

Citoyens,

Il n’y a plus d’esclaves à la Guadeloupe.

L’esprit de sagesse et de modération dont la population esclave a fait preuve méritait une récompense. Il m’a permis d’avancer le jour de la liberté.

Que nos nouveaux citoyens continuent d’être modérés et sages ! Qu’ils s’élèvent par le travail, les bonnes mœurs, la religion, à tenir la dignité d’homme libre !

Qu’ils aident à rendre ce beau pays riche et florissant !

Des mesures pour réprimer sévèrement le désordre et le vagabondage seront immédiatement arrêtées. Tous mes soins, tous mes efforts seront consacrés désormais à obtenir pour les maîtres une légitime indemnité.

VIVE LA RÉPUBLIQUE !

On notera en premier lieu que, si l’émancipation des esclaves va de pair avec la reconnaissance de leur humanité, cette humanité est conditionnée à un espace-temps qui n’est pas rétroactif : ainsi la valeur marchande des esclaves est prise en compte lorsqu’il s’agit d’offrir une contrepartie aux propriétaires, tandis qu’au contraire, aucune compensation n’est prévue pour l’esclave lui-même. Cette idée d’une propriété légitime (qu’Édouard Glissant commente dans Le Discours antillais) induit ainsi que l’esclave n’est pas libre de nature. Non seulement le préjudice de l’esclave n’est pas pris en compte, mais il doit se montrer reconnaissant envers ceux qui lui offrent une liberté qui n’a rien d’un droit, mais qui est représentée ici comme la conséquence d’un comportement particulier : « L’esprit de sagesse et de modération dont la population esclave a fait preuve méritait une récompense ».
L’ancien esclave n’est pas un être humain a qui l’on a reconnu le droit inaliénable d’être libre, c’est un objet a qui on a offert la possibilité d’être un humain, possibilité subordonnée à une conduite passée et à venir.
Le rôle des esclaves dans leur propre libération est ainsi réduit à un comportement de passivité servile, que les injonctions paternalistes incitent à prolonger dans leur condition d’hommes libres. La décision d’abolir l’esclavage apparaît ainsi comme le fait de la société coloniale, écartant l’esclave de toute participation au débat.
Or c’est précisément cet aspect qu’il faut questionner, en particulier dans le choix de commémorer non seulement l’abolition, mais également la résistance au système esclavagiste, ne s’intéressant pas uniquement aux penseurs occidentaux qui se sont élevés contre la traite mais en prenant aussi en compte l’action des esclaves eux-mêmes. La pensée postcoloniale a ainsi participé à mettre en avant la nécessité de déconstruire l’image d’une soumission reconnaissante de l’esclave pour s’intéresser aux formes de résistance qu’il développe. Ainsi, les commémorations de l’abolition de l’esclavage sont l’occasion de s’intéresser à des figures moins connues du public que celles des grands abolitionnistes. Une telle prise en compte permet de lire l’histoire autrement, du point de vue de ceux à qui la parole a été interdite, mais qui ont toujours refusé de se soumettre et se sont organisés pour leur libération collective.

La littérature en particulier propose ce contrepoint, en évoquant ces luttes dont les archives peinent à rendre compte : ainsi Rosalie l’infâme, (Evelyne Trouillot), La Mulâtresse Solitude, André Swart-Bartz, Aube tranquille (Jean-Claude Fignolé), El Reino de este mundo, (Alejo Carpentier), Chango el gran putas (Manuel Zapata Olivella), L’Esclave vieil homme et le molosse, (Patrick Chamoiseau) ; Beloved (Toni Morrisson) ; All Souls Rising, (Madison Smartt-Bell) ; Zumbi (Jean-Paul Delfino), Le Quatrième siècle ou Monsieur Toussaint (Glissant) sont autant d’hommages rendus aux figures locales ayant lutté contre le système esclavagiste, que ce soit dans le cadre d’une démarche personnelle de résistance ou au sein d’une rébellion organisée.